Technopole Agen-Garonne : la procédure est relancée

«Une procédure mal partie est une procédure mal arrivée» commentait Henri Tandonnet, selon ce qu’il se dit dans le milieu juridique. Nouveau rebondissement dans l’histoire du Technopole Agen-Garonne, jeudi, en conseil communautaire…

Une fois c’est oui, une fois c’est non. Le feuilleton relatif à la création du Technopole Agen-Garonne continue. L’Agglomération d’Agen a décidé d’installer, sur la commune de Sainte-Colombe- en- Bruilhois (et Brax), une zone d’activité concertée nommée Technopole Agen-Garonne. La genèse du projet remonte à 2005, lorsque la CCI de Lot-et-Garonne demande plus de terres pour accueillir de nouvelles entreprises. En 2008, pour la première fois, les études se penchent sur les champs de Sainte-Colombe. En avril 2014, le préfet autorise le projet d’aménagement de la zone Technopole Agen-Garonne. Encore faut-il que les terres, jusqu’alors agricoles, deviennent constructibles. Il faut donc réviser le plan d’occupation des sols. Ce qui est fait. Or, ce nouveau Plan local d’urbanisme (ancien POS) est annulé en février 2015, redonnant ainsi aux terrains concernés leur caractère agricole, et les rendant donc inconstructibles. Ce qui entraîne, le 22 décembre 2015, l’annulation par le même tribunal administratif de Bordeaux, de l’autorisation préfectorale pour ce projet. Lire la suite

Intervention sur le TAG – Conseil communautaire du 14 Janvier 2016

Aujourd’hui, il nous est demandé de voter cette délibération pour obtenir la « mise en compatibilité » qui « compenserait » l’annulation du PLU, si j’ai bien compris.

Cette nouvelle DUP a donc pour seul but de réaliser le plus rapidement possible les expropriations suspendues. C’est bien cela ?

Alors, avant d’exposer mon point de vue, sans que me soit opposée la problématique de l’emploi qui, à elle seule, justifierait toute la conduite de ce dossier, je veux rassurer, ou pas, mon collègue Pierre Chollet.

L’avenir des 400 jeunes Agenais diplômés à bac +5 ne se joue pas sur la réalisation cette année ou dans deux ans du TAG. Au mieux, une poignée de ces diplômés seront susceptibles d’occuper un emploi dans cette zone industrielle, zone dédiée à la logistique, à la transformation ou à la production et non aux hautes technologies. C’est dommage, mais c’est comme ça.

Lire la suite

Politique – Trois questions à… Emmanuel Eyssalet

Membre de l’opposition de gauche, Emmanuel Eyssalet se montre très critique, et met dos à dos le candidat Jean Dionis et le maire Dionis Jean.

Quel regard portez-vous sur cette année qui s’achève, s’agissant de l’action de l’équipe municipale élue en 2014 ?

Passée l’euphorie de 2014, la déception des Agenais devient palpable. Le maire se félicite des réalisations tardives promises en 2009 : maison des enfants (ancienne école Charles-Duffour), rénovation de l’école Scaliger initialement prévue en 2010… Grand bien lui fasse. Car, pour le nouveau mandat, ça commence plutôt mal. Lire la suite

Une motion de soutien en faveur du maintien de la brigade des douanes

La motion avait été présentée lors du dernier conseil municipal mais elle n’avait pas été soumise au vote. Emmanuel Eyssalet a une nouvelle fois exposé samedi la motion portant sur la restructuration du bureau des douanes et la disparition de la brigade de surveillance et d’intervention des douanes d’Agen.201511302396-full

«La démarche de modernisation de l’action publique engagée par le gouvernement, dans un contexte budgétaire contraint, a amené le ministère des Finances à élaborer un projet stratégique qui doit progressivement se traduire dans les nouvelles modalités d’action de la douane, notamment dans son organisation», débute le texte. Outre la restructuration du service territorial avec la dématérialisation des procédures de perception d’impôts indirects et de recettes, la brigade de surveillance et d’intervention d’Agen serait impactée et rattachée à Arcachon. Lire la suite

Centres de loisirs : factures et réactions rétroactives

Le conseil municipal de lundi aurait pu être le théâtre d’un rassemblement de parents. Ce ne devrait pas être le cas, même si la grogne est réelle. en cause, une facture adressée aux familles dont la progéniture fréquente les centres de loisirs et utilise les moyens de transports dédiés entre les Îles et Donnefort, le mercredi.

Le 18 septembre lors d’une précédente séance de conseil municipal, les élus ont délibéré sur le coût de ce transport désormais payant. Et parmi les familles utilisatrices, des parents ont remarqué que la note avait un goût salé, avec effet rétroactif, puisque la facture prend en compte l’ensemble du mois de septembre, avant le vote au conseil. L’augmentation globale (transport payant et augmentation des tarifs) est de 65% dans certains cas. Une famille avec deux enfants voit ce même tarif passer de 3,20 € à 5,30 € par tête. Si le rassemblement des parents ne semble plus à l’ordre du jour, le chef de file de l’opposition socialiste, Emmanuel Eyssalet, s’interroge à voix haute avant lundi : «On fait payer 10 000 € supplémentaires aux familles alors que le service de transports était gratuit et par ailleurs, la municipalité augmente ses dépenses de communication de 15 000 € (nouveau prestataire après appel d’offres, NDLR). Est-ce à dire que l’argent des familles est détourné au profit de la com’ du maire ?» Eyssalet pose également la question de cette «rétroactivité» des frais de transports qu’il considère à tort ou à raison «illégale.» Ce point n’est pas à l’ordre du jour. Lire la suite

Ripeurs au XXIème à Agen et Patenôtriers du XIIème, même combat ?

Demain les ripeurs de l’Agglo seront en grève. Je soutiens leur mobilisation.
Alors que Bernard Lusset ne me semble pas loin de mettre en ligne une pétition pour demander la dépénalisation du travail 7j/7 (voir son retweet ci-dessous), Jean Dionis du Séjour, Président de l’Agglomération d’Agen, et qui n’est plus à une contradiction près, souhaite rendre ordinaire le travail le dimanche et les jours fériés pour les Ripeurs agenais.

Surprenant ? Oui et non.

Nous nous souvenons tous que Jean Dionis du Séjour avait fait voter l’augmentation de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères de 86% lors du dernier mandat. Lire la suite

Protégé : Projets municipaux : «On nous aurait menti ?»

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans Non classé | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Maire victimaire, démission des mères et autres commentaires primaires

Entre les représentants des propriétaires, vent debout contre la mise en place de la taxe sur les logements vacants, qui comparent Jean Pinasseau (LR ex UMP) à un dangereux Bolchevique, et Bernard Lusset (Modem ex de l’UDI) qui observe chez moi une mue idéologique, en voyant dans notre déclaration un rapprochement idéologique de ma part vers le social libéralisme, il y avait de quoi y perdre ses repères ce samedi matin 19 septembre.

Quelle dotation votre commune a-t-elle reçue

Quelle dotation votre commune a-t-elle reçue ?

Lire la suite

Mal de maires et grosses ficelles

Déclaration des élus Socialistes [1] – Conseil municipal du 19 septembre 2015

marine_9333

Dès 2012, le gouvernement, conformément à l’orientation défendue par le Parti Socialiste, a engagé un nouveau mouvement de modernisation de l’action publique.

Je vous en rappelle les objectifs :

  • améliorer le service public local et la vie quotidienne des Français ;
  • développer la compétitivité et l’attractivité du pays ;
  • contribuer au redressement des comptes du pays.

Lire la suite

Eyssalet : «Dionis, c’est de la politique spectacle»

Premier conseil municipal depuis l’été demain samedi. L’accueil des réfugiés et une délibération de l’Amicale des maires visant à dénoncer la baisse des subventions d’État aux communes.

Avant l’été, vous vous êtes exprimé sur la volte-face du maire concernant les choix du gouvernement. Vous persistez ?

J’attends un vrai show samedi. Jean Dionis, c’est la quintessence de la politique spectacle et il choisit les bons moments. Avant le scrutin municipal, il était question de BMS-Upsa. Avant les élections départementales, on l’a entendu sur l’enseignement et les écoles prioritaires. On est à trois mois des régionales, il est candidat et il bouge sur le soutien à l’Association des maires de France. Je n’ai pas le sentiment qu’il a l’intérêt général chevillé au corps. À chaque fois il se saisit d’un événement. Lire la suite