Hors de l’Agglo, point de salut !

On a beau être coutumier des attaques récurrentes de Bernard Lusset, le dernier billet publié sur son blog atteint des sommets d’une mauvaise foi qui cache mal une bonne dose d’aigreur.

L’obtention des crédits de l’Etat pour le financement des études liées à la réalisation du pont et du barreau de Camélat constitue une avancée historique pour le Lot-et-Garonne. En effet, pour la première fois, un gouvernement s’engage fermement sur ce dossier.

Cette victoire est le résultat du combat de tous les instants mené par Pierre Camani, qui a préféré travailler collectivement avec tous les acteurs de ce dossier plutôt que d’opposer les territoires les uns aux autres.

Hormis le messie, point de salut !

Mais c’est ainsi, aujourd’hui, Bernard Lusset prétend qu’il ne peut exister de victoire si elle n’est obtenue par le président de l’Agglomération d’Agen. En d’autres termes, et la presse le relate si bien en écrivant dans un article récent : « quelle n’aurait été sa réaction s’il avait obtenu pareille avancée sur ce dossier lorsqu’il était député ? »

Grand raout médiatique versus pragmatisme et réalisme.

Aujourd’hui, il existe deux méthodes de travail radicalement différentes.

L’une consiste à brasser du vent, à gesticuler à grand renfort de communication, en avançant à la façon d’un bulldozer. Cette méthode, c’est celle du président de l’Agglomération d’Agen. Elle ne peut conduire qu’à la division, aux rapports de forces malsains et finalement à l’absence de résultats immédiats. En témoigne sa gestion désastreuse du dossier de la fusion des administrations de la Ville et de l’Agglomération, dont l’opportunité n’a été adoptée que par 31 élus sur 64 !  Résultat encore improbable, il y a peu, tant cette instance est consensuelle. Chapeau bas !

L’autre, en laquelle j’ai toujours cru, consiste à travailler sans relâche, avec pragmatisme et dans la discrétion. L’efficacité résulte d’une vraie réflexion de fond, d’une vision qui ne s’éloigne pas de l’intérêt collectif.

Chacun pourra mesurer qu’au travers de cette victoire pour la liaison Villeneuve-Agen et  le pont de Camélat, la méthode de Pierre Camani porte ses fruits.

Sans propagande ni gesticulation, les résultats obtenus lui permettent de rassembler au-delà des clivages politiques. C’est bien cela que nous attendons d’un président du Conseil Général : œuvrer pour tous les Lot-et-Garonnais, sans distinction et dans la discrétion.

Rencontre-débat avec Emmanuel Maurel le 23 novembre à Agen

Maurel23novembreL Rencontre débat avec Emmanuel Maurel   le 23 novembre à Agen

Dans un monde bouleversé, l’Europe et la France traversent une crise profonde, crise économique et sociale bien sûr mais aussi crise de confiance dans la politique. Trop souvent, nos concitoyens doutent de l’efficacité de leur vote tant la distance entre les programmes de campagne et les actes semblent se creuser. Lire la suite

Le grand cinéma des assises (culturelles)

IMG 20140224 143441 e1416414539166 Le grand cinéma des assises (culturelles)

La cage d’escalier du centre culturel d’Agen, entrée du 10 rue Ledru Rollin

Le Maire s’est fait réélire sur la base d’un bilan assis sur la réalisation d’équipements de prestige et d’un projet de mandat qui ne l’est pas moins, en tout cas sur le papier. Conséquence d’une santé financière qui s’est dégradée, le Maire fait des coupes tous azimuts pour financer les réalisations emblématiques qui s’inaugurent à la veille des grands rendez-vous électoraux.

Baisse des subventions de 5% aux associations, sauf du côté d’Armandie, avalanches de contraventions etc… partout ses adjoints le répètent à l’envi ou pas : il n’y a plus d’argent. Lire la suite

Contribution sur l’opportunité d’une fusion commune des administrations de la ville d’Agen et de celle de son intercommunalité

à télécharger ici : Contribution EYSSALET – LAFFORE – Conseil communautaire du 13/11/2014

Le rapport présenté par KPMG se base sur deux principes :

  • « l’obligation pour les EPCI d’élaborer et de soumettre pour avis aux communes un schéma de mutualisation des services en mars 2015 » ;
  • le constat que c’est  «la maîtrise des dépenses de personnel, et sans doute leur baisse qui va permettre aux communes et EPCI de maintenir leur capacité d’investissement (sans augmenter la fiscalité)».

Les moyens proposés pour réaliser les économies sont :

  • la suppression de doublons de services ;
  • l’atteinte d’une taille critique pour adapter le rythme des recrutements au regard des départs à la retraite.

Une forme juridique arrêtée par un engagement de campagne du maire de la ville centre :

« Nous engagerons une baisse durable de la dépense publique municipale. Par souci d’efficacité et de bonne gestion, nous proposerons de fusionner en une seule administration celles de la Ville et de l’Agglomération d’Agen dans le respect de l’autonomie politique de ces deux collectivités et dans le cadre d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. »

L’audit définit les règles de fonctionnement de la double autorité fonctionnelle et hiérarchique pour les trois cas suivants :

  • 1er cas : Le service relève de la compétence exclusive de la Ville ;
  • 2ème cas : Le service relève de la compétence exclusive de l’Agglomération ;
  • 3ème cas : Le service relève d’une compétence partagée (ex : voirie) ou d’une fonction ressources utilisée par les deux collectivités (ex : service financier).

Les exemples de mutualisation

Le rapport, remis aux conseillers municipaux d’Agen, nous invite à regarder du côté des expériences de mutualisation engagées parfois depuis plus de 12 ans.

Evolution de la DGF et économies cibles

Le rapport, remis aux conseillers communautaires, précise l’évolution de la DGF (estimée par KPMG) de 20 des 29 communes de l’agglomération ainsi qu’une première projection sur les soldes « économisables » sur les remplacements des effectifs à périmètre constant.

 

Rapport KPMG – v3 – remis aux élus communautaires

Rapport KPMG – v1 – remis aux élus de la ville d’Agen

MUTUALISATION_ANNEXE 2_AMF

 

Une fusion dans la précipitation

Pour accroître l’efficacité de l’action publique locale auprès des citoyens, les responsables publics disposent de plusieurs leviers qu’ils actionnent avec plus ou moins de conviction, d’opportunités ou de brio, c’est selon.
A l’échelle de l’intercommunalité, on peut noter, entre autres la mutualisation des moyens matériels entre les différentes communes, les transferts de compétences à l’agglomération (petite enfance, sport …), la création de communes nouvelles ou encore la fusion des administrations. Ce sont autant de possibilités qui doivent guider la construction de notre intercommunalité et nous permettre de générer de réelles économies. Lire la suite

Comment faire de l’élection communautaire un enjeu démocratique – retour sur un engagement électoral

Associer les habitants aux décisions, mettre en lien les acteurs du développement, œuvrer en commun avec le Département et la Région, créer un sentiment d’appartenance pour les habitants de l’Agenais, tels étaient les débats que nous voulions ouvrir à l’occasion des élections municipales de 2014, et au-delà.

Retour sur la vision que nous portons sur le devenir de l’intercommunalité Lire la suite

Que le réveil est difficile !

Le 23 mars dernier, 22 % des électeurs agenais ont fait le choix de la liste d’Union de la Gauche « Demain Ensemble ». Nous remercions chaleureusement les Agenaises et Agenais qui nous ont exprimé leur confiance. Mais ces élections ont aussi été marquées par le retour d’élus frontistes, en nombre important. A ce titre, tous les quatre, nous serons plus vigilants que jamais.

Nous porterons notre engagement pour les Agenais, avec la volonté de défendre nos valeurs comme nous l’avons fait lors du « débat d’orientation budgétaire » en dénonçant :

  • la baisse des investissements, après des années de surinvestissement pour motif électoral ;
  • la réduction à venir des services municipaux et l’augmentation des tarifs et redevances. Lire la suite