Hors de l’Agglo, point de salut !

On a beau être coutumier des attaques récurrentes de Bernard Lusset, le dernier billet publié sur son blog atteint des sommets d’une mauvaise foi qui cache mal une bonne dose d’aigreur.

L’obtention des crédits de l’Etat pour le financement des études liées à la réalisation du pont et du barreau de Camélat constitue une avancée historique pour le Lot-et-Garonne. En effet, pour la première fois, un gouvernement s’engage fermement sur ce dossier.

Cette victoire est le résultat du combat de tous les instants mené par Pierre Camani, qui a préféré travailler collectivement avec tous les acteurs de ce dossier plutôt que d’opposer les territoires les uns aux autres.

Hormis le messie, point de salut !

Mais c’est ainsi, aujourd’hui, Bernard Lusset prétend qu’il ne peut exister de victoire si elle n’est obtenue par le président de l’Agglomération d’Agen. En d’autres termes, et la presse le relate si bien en écrivant dans un article récent : « quelle n’aurait été sa réaction s’il avait obtenu pareille avancée sur ce dossier lorsqu’il était député ? »

Grand raout médiatique versus pragmatisme et réalisme.

Aujourd’hui, il existe deux méthodes de travail radicalement différentes.

L’une consiste à brasser du vent, à gesticuler à grand renfort de communication, en avançant à la façon d’un bulldozer. Cette méthode, c’est celle du président de l’Agglomération d’Agen. Elle ne peut conduire qu’à la division, aux rapports de forces malsains et finalement à l’absence de résultats immédiats. En témoigne sa gestion désastreuse du dossier de la fusion des administrations de la Ville et de l’Agglomération, dont l’opportunité n’a été adoptée que par 31 élus sur 64 !  Résultat encore improbable, il y a peu, tant cette instance est consensuelle. Chapeau bas !

L’autre, en laquelle j’ai toujours cru, consiste à travailler sans relâche, avec pragmatisme et dans la discrétion. L’efficacité résulte d’une vraie réflexion de fond, d’une vision qui ne s’éloigne pas de l’intérêt collectif.

Chacun pourra mesurer qu’au travers de cette victoire pour la liaison Villeneuve-Agen et  le pont de Camélat, la méthode de Pierre Camani porte ses fruits.

Sans propagande ni gesticulation, les résultats obtenus lui permettent de rassembler au-delà des clivages politiques. C’est bien cela que nous attendons d’un président du Conseil Général : œuvrer pour tous les Lot-et-Garonnais, sans distinction et dans la discrétion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*