Le budget, selon Emmanuel Eyssalet – la bataille du «DOB» aura-t-elle lieu ?

Ce soir, second conseil de la nouvelle-ancienne équipe reconduite, avec le débat d’orientations budgétaires (DOB), ou le nerf de la guerre d’une municipalité. La majorité va s’attacher à démontrer sa bonne gestion durant le mandat précédent.201404281291-full

«Dans un contexte économique national difficile et malgré les contraintes grandissantes qui pèsent sur les collectivités territoriales, le résultat de l’exercice 2013 aura pourtant été le meilleur du mandat écoulé pour la ville d’Agen.» Ainsi donc, Bernard Lusset, ancien premier adjoint mais toujours chargé des finances
e, particulièrement Emmanuel Eyssalet (lire ci-dessous) et peut-être celle de l’extrême droite, nouvellement arrivée parmi les conseillers municipaux. Le trésorier de la ville avancera «un taux d’épargne brute de 16,6 % largement supérieur à l’objectif des 10 %», sachant que l’épargne brute indique la capacité d’une ville à s’autofinancer. «Une baisse des dépenses de personnel de 0,7 %» : un poste que l’administration agenaise veut réduire dans les années à venir, avec notamment le non-remplacement des départs en retraite et la mutualisation des services avec l’agglomération d’Agen. Sur ce point, là aussi, l’opposition de gauche devrait marquer sa divergence, même si la politique de restriction des dépenses de fonctionnement est approuvée aux plus hauts sommets de l’État.

«Droit d’entrée» de Mc Donald’s

Bernard Lusset ne manquera pas également de souligner le «droit d’entrée» payé par Mc Donald’s pour le renouvellement de l’autorisation du domaine public, qui s’élève à 1,2 million d’euros. Une recette certes non négligeable.

Et bien sûr, il citera les rapports de la Cour des comptes qui abondent dans le sens de l’équipe Dionis.

Les investissements se poursuivront, sur l’aménagement et l’embellissement du centre-ville, sur la réfection des écoles, des terrains de sport et abords, sur de nouvelles programmations culturelles et la rénovation du musée, sur les contrats de quartiers reconduits, le renforcement de la vidéo protection.


Le budget, selon Emmanuel Eyssalet

Chef de file de l’opposition, le socialiste Emmanuel Eyssalet exposera ce soir en conseil sa vision du budget, qu’il nous présente : «Depuis 2012, la priorité des socialistes est de redresser les dépenses de l’Etat, de soutenir notre compétitivité et de préserver notre modèle de solidarité. À ce titre, il est amorcé une baisse des dotations de l’État aux collectivités. On parle souvent de la baisse de la Dotation globale de fonctionnement (-4,2 % en 2014). Mais, heureusement, ce n’est pas la seule dotation que les villes perçoivent. D’autres, dont le caractère est de renforcer la solidarité entre les territoires, sont soit nouvelles soit en hausse depuis 2012. Pour notre ville, le montant global de l’ensemble des dotations de l’état pour 2014 est en baisse de 152 000 € par rapport à 2013. Cette baisse est inférieure à 0,5 % d’un budget qui s’élève à 41 millions d’euros. Pas de quoi, donc, pousser des cris d’orfraie. Lire la suite

Agen : la majorité plaide et vote la stabilité fiscale

Vous dites M. Eyssalet : « ce budget primitif ne fait pas rêver ». Mais nous ne sommes pas là pour faire rêver. Nous sommes là pour éclairer l’’avenir. » L’’intervention de Jean Dionis du Séjour a résumé le ton des échanges qui ont prévalu lundi soir, lors de la première et véritable séance municipale. Emmanuel Eyssalet endosse l’’habit de meneur de l’opposition. Et la majorité lui répond coup par coup. Voire plus. Certes, elle y met souvent les formes. Parfois le considère avec un rien de suffisance. Et le tacle sans prévenir à chaque fois qu’il ose une référence positive sur la politique menée au début du siècle par Alain Veyret. Lire la suite

Emmanuel Eyssalet contre le reste du monde

Véritable entrée en matière pour les conseillers municipaux de la ville d’Agen, avec une session qui a donné lieu à de vrais échanges contradictoires…

Hier soir s’est tenu, sous le regard figé des Illustres agenais, le débat sur les orientations budgétaires. Aucune décision n’était soumise au vote, mais ce conseil a mine de rien lancé l’ère Dionis 2. Le maire et son équipe ont en effet défendu un cap – assez clair et en accord avec la conjoncture globale de restriction de dépenses publiques – et la gauche s’est opposée et a défendu une ligne politique voulant que l’on ne touche pas, par exemple, aux frais de personnels communaux.

Sans être dogmatiques, les positions sont argumentées, les débats à fleurets mouchetés, et du côté du PS Emmannuel Eyssalet s’est désormais imposé comme le contradicteur n.1. Il est le seul hier (du moins avant notre départ de la salle des Illustres) à s’être opposé à Jean Dionis sur le fond, et à répondre à la «garde rapprochée» du maire, ces fines gâchettes que sont Pierre Chollet, Bernard Lusset ou encore Nadège Lauzzana. Lire la suite

Agen : l’’opposition prend ses marques, Jean Dionis du Séjour fixe le cap

Il est évident que les élus siégeant au Conseil municipal lundi soir, ne venaient pas tous avec les mêmes intentions. Plus encore, différents habits ont été enfilés selon les protagonistes, soucieux d’’attaquer la séance sans mollir, avec un débat sur les orientations budgétaires du mandat, lequel budget sera soumis au vote le 28 avril.1525969_5001127_800x400

Jean Dionis du Séjour,avait revêtu son costume de capitaine – métaphore certes facile mais visiblement efficace – ayant fixé « un cap », matérialisé avec le programme de son équipe, validé par les Agenais dans les urnes, et attentif à l’atteindre grâce à une « bonne navigation » dans une période globalement mouvementée. « Dans un contexte de réduction des aides publiques, soit une perte de 15 % sur trois ans, notre ambition est de préserver notre capacité d’épargne, tout en maintenant nos investissements, le tout sans augmenter la pression fiscale. Nous sommes pragmatiques et passionnés par notre ville », s’est réjoui le maire, n’’hésitant pas à invoquer Clemenceau et les républicains de la IIIe République.

Emmanuel Eyssalet, dans l’’opposition socialiste, a endossé le rôle taillé sur mesure du candidat malheureux de l’’élection municipale, manifestement désireux d’avoir ce Lire la suite