Emmanuel Eyssalet craint une facture salée

Trois mois après sa sortie prématurée du jeu électoral, la tête de liste PS-PRG et PC aujourd’hui conseiller municipal jauge le début de mandat, fait l’état des lieux aussi.201406261125-full

Trois mois de mandat pour l’équipe Dionis II. Vous contestez la manière et le fond.

Emmanuel Eyssalet craint une facture salée : «C’est la douche froide. On a vécu une période de surinvestissements pour sa réélection mais aujourd’hui obligation lui est faite de trouver des recettes complémentaires. Il apparaît qu’il a pas mal de possibilités pour certes ne pas augmenter les bases locales mais surtout pour créer de nouvelles redevances. On sera vigilant sur les dix-huit premiers mois car c’est dans cette période que les grands changements ont lieu. Après, les cantonales et les législatives vont arriver dans le calendrier.» Lire la suite