Hausse des tarifs municipaux depuis 2014 : le vrai matraquage du pouvoir d’achat

Médiathèque : +245% pour l’abonnement de certains adultes (passant de 5,10 à 17,60 €).

Restauration scolaire : +20% pour le prix du repas le moins cher.

Centre de loisirs : de 38% à 111% d’augmentation pour le prix d’accueil en centre de loisirs.

Des baisses de subventions à la carte

-15% pour l’enveloppe des subventions pour les associations, mais +10 000€ pour un accueil chrétien de loisirs dont le projet pédagogique se résume à : « Ici, on joue…  Ici, on prie… ».

Une mutualisation menée à la schlague et des agents qui trinquent comme jamais pour assurer malgré tout la qualité du service rendu au public. Le nombre de jours d’absence par agent et par an a explosé en 2015. 32,6 jours pour les titulaires contre 23,8 à la ville et 18,7 à l’agglo en 2011. Pour les non titulaires, il passe à 31,6 jours. Il n’était que de 16,1 à la ville et 8,5 à l’agglo en 2011.

Des investissements qui tardent à venir…

Maintenant que la piscine est rouverte, la mairie propose aux professeurs des écoles des cours de natation sur des créneaux qui débordent sur les horaires des écoles. Par conséquent, des enfants n’apprennent pas à nager. Quant aux vidéoprojecteurs dans toutes les classes, il faudra attendre la veille des municipales de 2020.

… ou qu’on abandonne

Dans le dernier Agen actu, le maire a oublié de préciser que les 5% des engagements abandonnés représentaient 42% du montant de ses promesses électorales, soit -18M€ (Rénovation intérieur du marché parking -1,8M€, rénovation Bld République-Carnot -2M€, accessibilité Passeligne -1,4M€, rénovation du Musée -6M€, école Langevin –2,5M€, rénovation du Stadium –2M€, aménagement de Rabal -1,8M€). Un oubli. Evidemment.