Politique – Trois questions à… Emmanuel Eyssalet

Membre de l’opposition de gauche, Emmanuel Eyssalet se montre très critique, et met dos à dos le candidat Jean Dionis et le maire Dionis Jean.

Quel regard portez-vous sur cette année qui s’achève, s’agissant de l’action de l’équipe municipale élue en 2014 ?

Passée l’euphorie de 2014, la déception des Agenais devient palpable. Le maire se félicite des réalisations tardives promises en 2009 : maison des enfants (ancienne école Charles-Duffour), rénovation de l’école Scaliger initialement prévue en 2010… Grand bien lui fasse. Car, pour le nouveau mandat, ça commence plutôt mal.

Ainsi, discrètement, sur un air de confesse, le budget présenté au printemps dernier renforce deux tendances. La première se traduit par une nouvelle augmentation des tarifs des services municipaux et la baisse sans précédent des subventions aux associations ; la seconde, comme je l’avais d’ailleurs annoncé dès 2014, est liée à l’impossibilité de financer les investissements promis. La situation financière de 2014 n’est pas celle de 2008. Adieu rénovation du musée, réfection du boulevard Carnot et autre voie cyclable du côté de Saint-Jacques…

Alors pourquoi avoir tant promis ? Parce qu’un programme réaliste aurait fait pâle figure face à l’ensemble des remarquables réalisations dont les inaugurations ont rythmé la campagne. Le seul programme d’investissements de la droite était chiffré à plus de 40 millions d’euros quand le nôtre était de 23 millions. Cherchez l’erreur.

Aujourd’hui, les arguments spécieux entendus ici ou là et repris dans les colonnes ne doivent tromper personne. La baisse des dotations avancées à longueur de temps est un leurre. Il est illusoire d’entretenir la confusion entre «dotation globale de fonctionnement» qui voit son niveau maintenu, et sa principale composante la «dotation forfaitaire» qui baisse. La ville d’Agen, comme de très nombreuses villes «pauvres», n’a pas encore perdu un seul euro de recettes par rapport à l’année 2013.


Le candidat Jean Dionis a promis 42 M€ d’engagements. L’élu Dionis Jean n’en honorera que 24 M€ et d’annoncer : 2015 on réfléchit, 2016 on réalise et 2017 on inaugure. Le candidat redevient élu et se cale sur le calendrier du futur candidat.

MANDAT4224Capture

Les deux élections locales (départementales et régionales) ont été remportées par la gauche en 2015. Ces victoires n’ont-elles pas pour vous un goût amer, compte tenu des scores du FN ?

Pour les départementales, on prédisait une déroute pour la gauche locale. Or, la méthode de Pierre Camani et le travail de terrain des conseillers généraux sortants ont été reconnus. Mais force est de constater que le tandem Merly-Dionis a fait des étincelles. Le soutien affiché de ce dernier à deux binômes engagés face aux candidats investis par l’UMP-UDI-Modem (C. Salinaires, P. de Sermet, L. Maïoroff et B. Dubos) permet à Pierre Camani de disposer aujourd’hui d’une majorité confortable.

Concernant les régionales, l’action d’Alain Rousset n’a jamais été remise en cause par la droite depuis 2011, sauf le temps de la campagne. Ce qui est quand même la moindre des choses…

Ce qui aura marqué cette campagne en Lot-et-Garonne est l’improbable tandem Costes-Dionis qui a bien fini par mettre le feu à droite. Son score s’effondre sur Agen. Retrouver la gauche en tête dans 20 quartiers sur 23 et, ce, moins de deux ans après les nombreuses débâcles de la gauche aux municipales aurait pu relever du miracle !

Plus sérieusement, je n’ai qu’un regret : que le Front de gauche cale au premier tour aussi près des 5 %, le privant de fusionner. Face à la menace frontiste, l’électorat de gauche se mobilise, quand il le faut, toujours massivement.

Pour 2016, quels sont les dossiers municipaux prioritaires à vos yeux ?

On aura à cœur de défendre le pouvoir d’achat des Agenais et les services au public. Et, comme il semble que la revue «Agen actu» ait elle aussi fait les frais des coupes budgétaires, j’en profite pour souhaiter, au nom du groupe d’opposition de l’Union de la gauche, prospérité et solidarité pour notre ville, santé, bonheur et réussite aux Agenais.

Propos recueillis par S.Bo.

via La dépêche.fr

http://www.ladepeche.fr/article/2016/01/08/2251428-gestion-de-l-equipe-dionis-la-deception-devient-palpable.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*